Le site officiel de la commune

line decor
Bienvenue sur le site de la commune d'Anzin-Saint-Aubin, nous sommes le
line decor
 
 
LA COMMUNE


Sommaire

Identité

Commune de France - Région Hauts-de-France - Département du Pas de Calais(62) - Canton d'Arras 1 - Code postal : 62223 - Code INSEE : 62037.

  • Membre de la Communauté Urbaine d'Arras (CUA), regroupant 39 communes depuis le 1er janvier 2013 ;
  • Membre du SIVOM Brunehaut avec la commune de Sainte-Catherine. Objet : organiser et gérer le centre de loisirs d'été.

Les habitants s'appelent Anzinoises et Anzinois.

Situation géographique

Les communes voisines : Arras, Sainte-Catherine, Neuville Saint-Vaast , Marœuil, Duisans (hameau de Louez).

Elle est située sur la route d'Arras à Houdain et Boulogne (D 341) encore appelée Chaussée Brunehaut, au Nord Ouest d'Arras.

  • Carte IGN carte de randonnée, série bleue au 1/25000, n° 2406 E, Arras ;
  • Cartes Michelin, routière et touristique, au 1/200000, n° 51 et 511 régional.

Altitude : Maximun 91m, Minimun 57m, selon le niveau moyen de la mer à Marseille.
Superficie : 513ha ou 5,13km² , dont 45 à 50% de terres labourables ou en prairies.

hydrographie

La Scarpe, affliuent de l'Escaut, traverse la commune sur environ 2,650km. Elle occupe le fond de la vallée. Cette rivière qui prend sa source a environ 20km, dans le Ternois Est, est à l'état naturel ; elle n'est canalisée que 2,2km environ aprés avoir quitté la commune.

L'Echeu, ruisseau s'écoulant aussi dans la vallée, sur la rive droite, paralléllement à la Scarpe, avant de la rejoindre.

La Fontaine des Trois Louches, autre ruisseau, sur la rive gauche, se jette aussi dans la Scarpe aprés avoir cheminé à ses côtés.

Le Fossé à la Vase est perpendiculaire à la rivière et draine les eaux venant du “Fond de Neuville”. Il est le plus souvent à sec.

La présence de ces différents ruisseaux qui alimentent la Scarpe, et auxquels s'ajoutent plusieurs sources s'expliquent par la résurgence au flanc de la vallée de la nappe phréatique de la craie du Sénonien et du Turonien Supérieur .

Environnement paysager

Le territoire d'Anzin-Saint-Aubin occupe une partie du flanc gauche de la vallée naturelle de la Scarpe, dont l'orientation est Ouest-Est. Il est tourné vers le sud. Le relief est varié avec alternance de buttes et vallons d'orientations Nord-Sud le plus souvent. Les points hauts sont occupés par des sols crayeux avec une faible épaisseur de limons du tertiaire, les points bas sont constitués d'alluvions sablo - humiféres du quaternaire. Les plateaux sont divisés en champs ouverts semés de céréales ou de plantes sarclées (betteraves, pommes de terre, etc.), le fond de la vallée est occupé par des prairies, des saules, des peupliers et un golf.

La partie urbaine est constituée :

  • d'un habitat ancien agricole et rural, datant des années 1920-1930 et pour une petite partie d'avant 1914 ;
  • d'un habitat récent datant des années 1970 à 2002, constitué de maisons individuelles incluses dans des ensembles résidentiels. Ce type d'habitat est de loin le plus important ;
  • d'un habitat collectif de qualité, construit en 2006-2007. On ne compte que 70 à 75 logements de ce type.

En 2006 il y avait 1020 logements sur la commune, dont 99,4% de maisons qui pour la plupart dispose d'un jardin et d'une installation sanitaire.

Les espaces publics en pelouses ou plantés sont nombreux et représentent une surface d'environ 20ha.

Un chemin de randonnée mis en place par la CUA passe en fond de vallée venant de Sainte-Catherine et allant vers Marœuil.

Un autre chemin de grande randonnée (GR 121) passe à proximité de la commune mais sur Arras et Duisans.

Axes routiers

Quatre voies importantes traversent la commune :

  • La D341 ou Chaussée Brunehaut, ancienne voie romaine, elle relie Arras à Houdain, Bruay-Labeuvrière, et Boulogne. C'est sur cette voie que la commune s'est agrandie à partir du 19ème siècle. Elle a une direction Sud Est-Nord Ouest ;
  • La N25 ou rocade Nord Ouest de l'agglomération arrageoise, de construction récente (1985-1986), elle dévie la route venant d'Amiens, et du Touquet – Saint-Pol pour rejoindre les routes allant vers Béthune, Lens, et Lille Douai. Son trafic est trés intense. Son orientation est Sud-Nord ;
  • La D64 et la D60 qui relie par la vallée Arras à Marœuil. Elle traverse et longe la Scarpe et le golf . Son orientation est Est-Ouest ;
  • La route communautaire qui relie les routes du nord d'Arras aux quartiers ouest de cette ville et notamment au centre hospitalier. Elle a une orientation Nord-Sud.

Population

  • Nombre d'habitants en 1999 : 2472 ;
  • Nombre d'habitantsen 2009 : 2742 ;
  • Nombre de ménages en 2009 1123 ;
  • Densité de la population : 534,5 habitants au km² ;
  • Variation de la population (taux annuel moyen entre 1999 et 2009) : 1,0 %.

Equipements et services

Enseignement

  • Ecole maternelle Florent Delattre ;
  • Ecole primaire Lucie Aubrac ;
  • Collége privé Les Louez-Dieu, d'une capacité de 1000 élèves ;
  • Collége public Charles Péguy à Arras, à 1km environ de la mairie ;
  • Plusieurs lycées à Arras ;
  • Université d'Artois à Arras.

Médiathèque Albert Uderzo

Centre de loisirs pour les enfants

  • Un centre fonctionnant pendant les petites vacances scolaires ;
  • Un centre plus important acueillant les enfants en juillet et août, commun avec la commune de Sainte-Catherine dans le cadre d'un SIVOM.

Sécurité

  • Commissariat de Police à Arras ;
  • Gendarmerie, groupement départemental à Arras ;
  • Pompiers (centre de secours d'Arras).

Culte

  • Catholique, paroisse Sainte-Thérèse regroupant les communes de Saint-Laurent-Blangy, Saint-Nicolas, Sainte-Catherine, Anzin-Saint-Aubin ;
  • Le prêtre réside au presbytére de Saint Nicolas ;
  • Messe à Anzin-Saint-Aubin les 1er, 3ème et éventuellement 5ème dimanche du mois, en alternance avec Sainte-Catherine à 11h00.

Poste

  • Bureau de poste principal à Saint-Laurent-Blangy ;
  • Bureau annexe à Sainte-Catherine (Tél. : 03·21·51·00·47).

Perception, Impôts

  • Centre des impôts d' Arras Ouest, 10 rue Diderot à Arras ;
  • Perception d' Arras banlieue, rue du Crinchon à Arras.

Transports en commun

Le réseau urbain ARTIS assure un passage de bus toutes les heures environ, avec les lignes

  • 8 Anzin-Saint-Aubin – Agny avec passage par le centre-ville d'Arras ;
  • 9 Anzin-Saint-Aubin – Feuchy avec passage par Saintte-Catherine, Saint-Nicolas et le centre d'Arras ;
  • 10 Anzin-Saint-Aubin – Achicourt, Agny par la résidence Saint-Paul, le centre hospitalier et le centre-ville ;
  • Le réseau suburbain Lebas-Laridant ;
  • 91 Arras - Anzin-Saint-Aubin – Thélus.

Le transport à la demande (TAD) organisé par ARTIS. Renseignements au 03·21·51·40·30.

Equipements sportifs

Equipements publics

  • Terrain de football de 90x60m ;
  • Terrain de football de 45x30m ;
  • Salle de squash, 4 courts ;
  • Salle de musculation, dans le même complexe que le squash.

Equipements privés ou associatifs

  • Terrain de football de 90x60m , propriété de la CMCAS de Béthune ;
  • Deux courts de tennis couverts appartenant à la CMCAS de Béthune ;
  • Quatre courts de tennis couverts au complexe de l'Abbayette appartenant à la ville d'Arras ;
  • Trois courts de tennis extérieurs au complexe de l'Abbayette appartenant à la ville d'Arras ;
  • Golf de 18 et 9 trous, plus un practice exploité par la société du golf d'Arras, dans la vallée de la Scarpe.

Salles

Equipements communaux

  • Salle polyvalente appelée salle “Les Viviers”, de 600m² environ, pour assemblées, repas, réceptions, spectacles, avec cuisine équipée pour collectivités ;
  • Salle de 120m² environ, destinée au restaurant scolaire et contigue à la salle “Les Viviers” ;
  • Plusieurs salles de réunion pour 20 à 25 personnes à la mairie, à l'école primaire, au club house de football (rue des Filatiers) ;
  • Salle de réunion pour 50 personnes à la mairie ;
  • Salles de réunion à la médiathèque Albert Uderzo.

Equipements privés

  • Amphithéatre de 500 places, salle Mona Lisa, espace Léonard de Vinci, collège Les Louez-Dieu, (spectacles et assemblées) ;
  • Salles de réception, Le Clos Délice, rue des Filatiers , jusque 200-220 personnes (repas, assemblées, fêtes familiales).

Hébergements, restaurations

  • Chambres d'hôtes : rue Briquet et Tailliandier, rue Henri Cadot ;
  • Restaurant Le Clos Délice, chemin des Filatiers ;
  • Restaurant-brasserie : au Club House du golf ;
  • Restaurant-bar : l'Infini, rue Briquet et Tailliandier, face au golf.

Entreprises, Artisans, Commerçants, professions libérales

Anzin-Saint-Aubin est avant tout une commune résidentielle, il n'y a pas d'activtés économiques importantes. Une zone d'activités légères de 9ha est cependant en place chemin des Filatiers et rue des Tisserands, elle est entièrement occupée.

La commune est pourvue de nombreux commerces, professions de santé et services : banque avec guichet de retrait automatique, superette, boucherie, boulangerie, service d'aides à domicile, docteurs, infirmiers, dentiste, kinésithérapeutes, fleuriste, garagiste, café-tabac, menuisier, maraîcher, opticien, etc.

Festivités

Trois manifestations festives importantes ont lieu chaque année, sur la commune. A cela s'ajoute les fêtes organisées par des associations.

Les trois grandes fêtes sont :

  • La brocante de printemps qui a lieu le dernier dimanche d'avril au matin dans le centre-ville ;
  • Le festival de la bande desinée qui se tient le samedi et le dimanche au début du mois de juin ;
  • La course pédestre, les “10 km d'Anzin-Saint-Aubin”, qui a lieu le second dimanche d'octobre, au matin.

Histoire

Anzin-Saint-Aubin s’est formée à partir de deux lieux d’habitat :

  • Saint-Aubin, autrefois Saint Aubin au Marais, situé sur le chemin de Arras vers Marœuil, à proximité de la rivière, la Scarpe ;
  • Anzin, sur le même chemin, mais plus à l’est, limitrophe d’Arras et de Sainte-Catherine.

Jusqu’à la révolution Saint-Aubin sera plus peuplé qu’Anzin et la paroisse qui va naître aux environs du XIIème siècle s’appellera Saint-Aubin Anzin et l’église sera construite à Saint-Aubin. Le titulaire de la cure habitera Saint-Aubin, l’abbaye Saint-Vaast étant le seigneur de cette localité. Le fief d’Anzin sera un fief seigneurial, il appartiendra successivement aux Montmorency, à la famille d’Oye, à Jacques Happiot échevin d’Arras et à Pierre de Bochy, écuyer. Le blason de la commune est celui de Rolandus de Montmorency.

Le nom d’Anzin (Anzinum) apparait en 866-870 dans un cartulaire de Saint-Vaast, celui de Saint-Aubin (Sancti Albini de Marex) n’apparait qu’en 1154. une église existait déjà en cet endroit à cette date. La population de Saint-Aubin est essentiellement constituée de laboureurs, manœuvriers et journaliers. Les marais de Saint-Aubin appartenaient respectivement à l’abbaye Saint-Vaast et l’abbaye de Mont Saint-Eloi. Il y eût du reste tout au long du moyen âge divers conflits entre ces abbayes concernant la gestion de ces marais et viviers qui y avaient été installés par les propriétaires. Ces mêmes viviers furent pillés en 1358 par les Arrageois qui subissaient une période de disette.

Une grande partie du territoire était la propriété du clergé, non seulement les abbayes déjà citées, mais aussi l’abbaye de Marœuil, l’abbaye d’Etrun, les Jésuites, les Brigittines, les Carmes, etc. C’est 73% du territoire qui appartenait au clergé.

L’abbaye Saint-Vaast a installé un moulin à eau à Anzin, au moins à partir du XVIème siècle. Ce moulin dont les vestiges existent toujours est actuellement entouré par la pisciculture. Il a surtout fabriqué de l’huile mais aussi de la poudre à canon et du papier.

En 1793-1794 la commune devient “la commune des frères unis” sous l’impulsion des idées révolutionnaires. Cette commune était née en 1790 avec l’élection du premier conseil municipal et du maire bien entendu, Noël Douchet, fermier de 56 ans. Les biens du clergé sont vendus.

Au début du 19ème siècle, Anzin se développe en terme de population et des maisons se bâtissent le long de la chaussée Brunehaut. Une polémique va naître entre les habitants de Saint-Aubin et Anzin, ces derniers réclamant une église et le siège de la cure. En effet cette partie de la commune a déjà la mairie et elle se peuple plus rapidement que Saint-Aubin. Cette polémique durera jusqu’à la moitié du 19ème siècle. En 1853 la commune s’appellera Anzin-Saint-Aubin, par décret impérial, et la construction d’une église sera entrepris sur Anzin (église actuelle) entre 1845 et 1885, ainsi qu’un presbytère.

Ces décisions mettrons fins à la polémique. Anzin-Saint-Aubin aura toujours une agriculture vivante mais de plus en plus d’ouvriers viendront y habiter.

Entre 1914 et 1918, le village sera en grande partie détruit. Il servira aussi de base arrière aux soldats du front et à l’artillerie, anglaise notamment. L’église, le château de l’abbayette, la salle Notre-Dame seront transformés en hôpitaux.

La population subira à nouveau les affres de la guerre en 1939-1945, plusieurs personnes mourront au combat ou en captivité, tandis que d’autres participeront à la résistance ou à l’aide aux prisonniers.

A partir de 1950, la commune va connaître une forte évolution, les citadins viendront s’y installer, le nombre d’agriculteurs va diminuer. C’est ainsi que sa population passera de 1052 habitants en 1970 à 2553 en 1990 et 3000 environ en 2006.

Ce fut l’un des plus importants taux de croissance des communes du Pas-de-Calais, ce qui a pour conséquence d’avoir aujourd’hui au moins les ¾ de la population qui n’est pas anzinoise de souche.

 

La Mairie
Mairie

L'église
église

La Chapelle Saint-Aubin
eglise 2

Le Centre-Bourg
eglise 2

La Salle "les Viviers"
eglise 2

La Scarpe
eglise 2

 

 


 
© 2007-2017 Mairie d'Anzin-Saint-Aubin. Tous droits réservés